Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Et si le successeur de Sarkozy était athée...
Article publié le 12/02/2008
Imaginons le successeur à l’Elysée de Nicolas Sarkozy. Un successeur athée. Invité, comme le veut la tradition pour les chefs d’Etat français, à recevoir le titre très convoité de Chanoine d’honneur de Saint-Jean-de-Latran, le nouveau président se prête finalement à l’exercice. Au moment du discours devant le parterre épiscopal, une idée vient à notre président : prendre à contre-pied les propos de son prédécesseur prononcés cinq ans plus tôt.

« La République a besoin d’athées militants qui ne se laissent pas duper par des espérances illusoires », s’écrie-t-il, en lieu et place du « l’intérêt de la République, c’est qu’il y ait beaucoup d’hommes et de femmes qui espèrent. » Continuant sur sa lancée, il s’exclame : « La vocation du prêtre, qui consacre sa vie à un être imaginaire, a moins de valeur que la vocation de l’instituteur » , prenant à rebrousse-poil le « dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé. » La liste des correctifs semble pouvoir se prolonger jusqu’au jugement dernier : « Dieu n’est qu’une illusion pour laquelle l’homme s’humilie » étayant « la République a besoin d’athées militants animés d’une morale débarrassée de ses fausses croyances. » Bref, un joli tête à queue en perspective.

Faudrait-il voir alors dans le discours de Nicolas Sarkozy à Latran une atteinte inadmissible aux sensibilités athées ou au culte laïc ? Le propos n’est pas là. Tant bien que mal, la laïcité a instauré une sorte de paix armée entre l’Etat et la religion. Et Sarkozy est à deux doigts de réveiller les veilles guerres de religion. Selon le président, la laïcité serait en passe de recevoir l’extrême onction, « épuisée, guettée par le fanatisme ». En 2005, une réforme des textes a été mise sur pied au ministère de l’Intérieur dont le locataire était l’ancien maire de Neuilly. Une commission avait alors été mise en place pour « faire subir un toilettage à la loi de 1905. » Aujourd’hui, le premier flic de France devenu Président semble vouloir achever son grand oeuvre. A moins que son affaiblissement actuel ne l’amène à redécouvrir la prudence.

Stéphane Raes


Pour en savoir plus, Imprimatur a donné la parole à Claude Langlois, directeur d’études à l’EPHES-Sciences religieuses

Sarkozy et la laïcité, on en dit quoi à la télé ? Jonathan Landais a rassemblé quelques propos passionnés sur le sujet. Découvrez sa compil audio !

Commentez cet article !

> Page consultée 1660 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés