Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
La magie Hocus Pocus
Article publié le 12/03/2008
Un hip-hop pas ordinaire aux accents de soul, de jazz, et de funk, des dialogues entre platines et instruments acoustiques, des textes décalés teintés d’humour, un évident sens du contact avec le public... Hocus Pocus a tout l’air d’avoir trouvé la formule magique. Son leader MC 20Syl confirme.

Pas trop déçus de ne pas avoir été récompensés aux Victoires de la musique ?


Notre but premier, c’était de défendre notre musique en live, montrer aux gens ce qu’on fait. La Victoire, c’était pas une fin en soi... Mais on est content pour MC Solaar, dont on respecte la carrière.

Hocus Pocus est en tournée en ce moment... Ça se passe bien ?

Très bien, toutes les salles affichent complet jusqu’à maintenant. Bordeaux, c’est la deuxième fois qu’on y va, ça s’annonce bien, y a pas mal de gens qui nous suivent dans cette ville.

Vous êtes la preuve qu’on peut réussir sans « street credibility » ?

Faut pas forcément avoir fait de la prison pour faire du rap. Je pense qu’à partir du moment où on est authentique par rapport à ce qu’on est, on est respecté.

Votre titre « Smile », c’est pour dire qu’on peut faire du rap avec le sourire ?


Oui, on avait envie d’un morceau léger, de prendre le contre-pied du rap français hardcore parfois trop premier degré. Plutôt que de faire un morceau « énervé » de plus, on a voulu faire un morceau qui appelle les gens à sourire plutôt qu’à faire la gueule.

Les invités prennent de plus en plus de place sur vos albums...

On aime le côté rencontre, collaboration. Je trouve qu’un seul chanteur, c’est assez monotone, alors j’ai voulu compléter ma voix avec d’autres textures. Pour les musiciens c’est pareil, et ça nous a permis de réaliser certains rêves : on s’est dit, ces monstres de la musique, pourquoi ne pas les avoir en vrai, plutôt que de les sampler ? C’est comme ça qu’on s’est retrouvé à jouer avec le tromboniste de James Brown... On était comme des gamins.

Aux débuts d’Hocus Pocus, vous vouliez juste votre place dans le rap nantais, maintenant, vous jouez à Prague, au Japon, en Egypte... Pas trop dépassés par les événements ?

Si un peu ! Moi qui étais juste parti dans l’optique de faire de la musique dans ma chambre... Mais on n’a jamais eu d’autre ambition que de vivre notre passion, on n’a pas cherché à vendre à l’étranger. On s’est dit que pour avoir une crédibilité aux yeux de l’industrie du disque, il fallait monter notre propre maison, ce qu’on a fait avec Onandon. Et de fil en aiguille, ça a pris de l’ampleur et ça s’est professionnalisé, c’est ça qui nous a amené là où on est.

Dans votre dernier album, Place 54, les univers musicaux sont très différents d’une chanson à l’autre...

Oui, c’est ce que je voulais. Je conçois chaque morceau comme un court-métrage : j’ai plein d’images en tête, et j’essaie de les traduire, en gardant une cohérence générale sur tout l’album. On voudrait montrer au grand public que le hip-hop est aussi diversifié que les autres genres. Des artistes comme Abd Al Malik ou Grand Corps Malade ont ouvert la voie, on espère contribuer à élargir la brèche.

Des projets pour l’avenir ?

Pour l’instant, on termine notre tournée, qu’on va sûrement prolonger jusqu’en novembre. Après, on se lancera dans d’autres créations, individuelles ou collectives, on verra. Sûrement un nouvel album...

Laura HUYGHE

Commentez cet article !

> Page consultée 290 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés