Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Adrien, 23 ans : des manifs au militantisme
Article publié le 11/03/2008
Que gagne-t-on à devenir militant communiste révolutionnaire ? Assurément ni gloire, ni fortune, pour Adrien qui milite à la LCR depuis maintenant deux ans. Dans la rue, ses actions ne diffèrent pas beaucoup de celles d’un autre militant. Il s’agit de défendre les causes de son parti en distribuant des tracts, convaincre de nouveaux électeurs, préparer les manifs… et bien sûr, cette petite touche d’exotisme : « amorcer la rupture radicale avec le système libéral ».

A 23 ans, Adrien affiche déjà un parcours jalonné par les manifestations : contre Le Pen en 2002, contre le CPE, contre, encore, la réforme du LMD et de la LRU… autant de sigles plus ou moins oubliés qui sonnent comme des trophées de campagne. Dans les cortèges, il fait connaissance avec des militants de la LCR et noue des liens avec certains d’entre-eux. L’adhésion à la LCR n’est pas immédiate mais se fait naturellement, les débuts du militantisme suivent logiquement.

En marge de l’engagement moral, il y a aussi des relations de camaraderie qui finissent inévitablement par naître entre militants. « Dans le militantisme révolutionnaire, autant que ça se passe bien entre les gens », plaisante Adrien. Souvent, des liens se créent avec les jeunes d’autres partis, en général les Verts et le PC, mais parfois aussi avec le PS, « au-delà du centre, pour moi, c’est plus possible ». Avec l’extrême droite, la relation est particulière. L’hostilité est ouvertement affichée de part et d’autre et les accrochages physiques ne sont pas rares.

Pour le moment, Adrien prend plaisir à coordonner les jeunes communistes révolutionnaires de Bordeaux : « Nos idées sont vachement écoutées, à la différence d’il y a quelques années. Militer dans ces conditions, c’est facile. » Il faut dire que l’engagement se fait plus laborieux pendant les traversées du désert, « beaucoup se découragent, il y a un turn-over important parmi les jeunes à la LCR », explique Adrien. « On a des attitudes de consommateurs, de zappeurs, on se convainc par des expériences pratiques comme les élections. » Aux municipales, la LCR a obtenu à Bordeaux 3,05% des suffrages et peut-être... suscité de nouvelles vocations.

Stéphane Raes

Un autre portrait : Angélique, 21 ans : une jeunesse au front

Commentez cet article !

> Page consultée 359 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés