Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Juppé attendu au tournant
Article publié le 11/03/2008
Avec une marge de manœuvre réduite, les candidats vaincus n’entendent pas laisser pour autant les clés de la ville à Alain Juppé.

La victoire est large. Incontestable. Avec 56,62% des voix, Alain Juppé a envoyé ses adversaires au tapis. Pour six ans. Et c’est long, six ans, surtout quand on est dans l’opposition. Alors, le PS bordelais est-il parti pour six années d’enfer ? C’est ce que semble insinuer Mathieu Rouveyre, membre défait de l’équipe Rousset. « On ne pourra rien faire, admet-il, avec un maire hautain qui amplifiera sa domination, vu le score qu’il a réalisé. » Dominant, sans doute, mais placé sous surveillance. Les conseillers municipaux de gauche ne laisseront rien passer. « J’ai commencé à récupérer les vidéos des promesses de Juppé, que je ressortirai s’il y a lieu », explique-t-il. Plus résolu encore, Denis Lacoste, qui menait la liste Lutte Ouvrière, annonce tout net : « Je n’attends rien de lui ».

Le logement, témoin n°1

S’il est un domaine que les opposants au « patron » vont particulièrement avoir à l’oeil, c’est le logement. D’aucuns craignent que le centre-ville ne devienne à terme l’apanage des Bordelais les plus riches. Que le nombre de logements sociaux reste cruellement insuffisant. Alain Juppé en a promis 3 500 nouveaux, « alors que Bordeaux manque de 12 000 logements de ce type », selon Emmanuel Bichindaritz, ex-tête de liste LCR. « Il ne s’agira pas seulement de ravaler les façades », prévient-il. Comme le lait sur le feu, le clan des opposants entend bien surveiller aussi l’évolution fiscale. L’utilisation du denier public. « Tout projet judicieux sera un projet qui ménage le porte-monnaie des contribuables », juge Fabrice Dedeye du Nouveau Centre. « Nous serons attentifs à ce que la pression fiscale n’augmente pas ». Pour Denis Lacoste, il s’agira de « dénoncer une utilisation non prioritaire des fonds publics ». Dans le viseur, le Zénith. Alain Juppé avait annoncé qu’il lancerait les travaux dès son élection acquise. « Un Zénith est très difficilement rentable », juge Fabrice Dedeye. « Une politique d’affichage, une grosse machine qui ne compensera pas le manque culturel du Grand parc ou des Aubiers », pour l’ex-candidat LCR.

Tous espèrent qu’ils pourront malgré tout peser sur la vie politique bordelaise. Avec le score sans appel enregistré par Alain Juppé le 9 mars, le moins que l’on puisse dire, c’est que rien n’est gagné.

Florent Pecchio

Commentez cet article !

> Page consultée 481 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés