Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Fermetures en rafale à Photo Station
Article publié le 8/04/2008
Conséquence de la crise de l’argentique et du boom du numérique, le groupe Photo Station-Photo Service est en pleine restructuration. La direction de l’entreprise a entamé un plan de sauvegarde et une fusion avec la Générale de téléphone.

Une lutte frontale oppose les salariés de Photo Station et leurs repreneurs depuis février dernier. Entre le Plan de Sauvegarde (PSE) et la fusion-absorption, l’intersyndicale s’efforce de trouver des portes de sortie pour les 440 salariés sur la sellette. Si l’entreprise a subi de plein fouet la récente crise du marché, elle s’est diversifiée grâce à des partenariats avec Orange. L’opérateur téléphonique a investi plus de 60 millions d’euros dans l’entreprise en 2007. « Dans nos boutiques, la téléphonie mobile prend aujourd’hui plus de place que le service photographique », déplore d’ailleurs Denis Lauxire, délégué CFDT à PhotoStation.

L’espoir persiste

Au final, la grève des employés de Photo Station n’aura pas pesé bien lourd dans la décision. Le plan social a été voté par le Comité central d’entreprise et validé par les tribunaux de commerce. Mais les syndicats ne baissent pas la garde : « Les salariés qui le souhaitent doivent pouvoir être reclassés dans les boutiques Orange », affirme Thierry Krieg, délégué CFDT à Photo Service. Une possibilité que les dirigeants n’ont pas envisagée. Les salariés dont les boutiques fermeront seront contraints à la mobilité, mais uniquement vers d’autres magasins du groupe. Un refus entraînerait un licenciement pour faute grave. Face à cette perspective, l’intersyndicale ne s’interdit pas de porter plainte : « L’entreprise compte se lancer dans une exécution déloyale du contrat de travail pour déguiser les licenciements économiques en licenciements pour faute ». Par ailleurs, si l’intersyndicale n’a pratiquement plus de marge de manoeuvre pour défendre les intérêts des salariés en interne, l’espoir est encore permis pour l’opération de fusion avec la Générale de téléphone. Quinze mois de négociations feront peut-être pencher la balance du côté de nouveaux accords sociaux d’entreprise, se substituant à ceux acquis chez Photo Station. Pour Force Ouvrière, « ne rien obtenir d’une négociation de quinze mois prouverait une incompétence ou une volonté de nuire envers les salariés de la part de nos dirigeants ».

Claudia Caratori et Laura Huyghe

Voir également sur le web, les positions de FO, la CFTC, la CFDT face à la crise de Photo Station.
Commentez cet article !

> Page consultée 1453 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés