Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Consul honoraire... do Brasil !
Article publié le 3/02/2009
Jean-Pierre Frankenhuis est consul honoraire du Brésil à Bordeaux. L’un des 54 consuls que compte la ville. Un personnage quasi romanesque. Portrait.

M. le consul honoraire aurait bien le droit à « un policier en faction devant son domicile et une place de parking réservée ». Mais ça ne lui est jamais venu à l’esprit d’en faire la demande. Et il n’a jamais vu un consul honoraire à Bordeaux qui ait « demandé à avoir l’un ou l’autre ». Il n’y « aucun avantage » à être consul honoraire, précise Jean-Pierre Frankenhuis, qui remplit ses fonctions de manière bénévole. Seuls les frais liés à l’accomplissement de ses missions sont déductibles des impôts.

Favoriser les échanges

Le consul honoraire du Brésil est de nationalité néerlandaise. Il est né « par hasard » à Dijon et installé en France depuis près de quarante ans. Pour devenir consul honoraire, pas besoin d’avoir la nationalité du pays représenté, contrairement à un consul général, diplomate de carrière. En théorie, pas besoin non plus de parler la langue du pays. Ou même d’y être allé. Ce que recherche le pays, « c’est avant tout un représentant avec de bons contacts », capable de développer des relations bilatérales. Mais « mieux vaut connaître évidemment l’une et l’autre » concède Jean-Pierre Frankenhuis.

Pour y avoir passé toute son enfance, jusqu’à l’obtention de son bac au lycée français de Rio de Janeiro, J.-P. Frankenhuis possède une parfaite connaissance du Brésil et du portugais. Cet ingénieur-conseil en management des organisations et en informatique est devenu consul honoraire du Brésil à sa demande. Procédure courante. Son Excellence l’ambassadeur avait toutes les raisons d’honorer favorablement sa requête. Difficile de trouver personne plus adéquate pour remplir la fonction.

La mission principale du consul honoraire est de favoriser le développement des échanges commerciaux et culturels entre les deux pays. Dans le domaine commercial, c’est faire connaître davantage les vins de moyenne gamme, les « bons châteaux, pas les très grands ». Dans le domaine culturel, c’est faire venir des artistes musiciens ou plasticiens, promouvoir des artistes brésiliens quand ils se produisent à Bordeaux ou en France.

Renseignements téléphoniques

J.-P. Frankenhuis échappe aux formalités administratives de type « émission de passeports, visas, certificats et actes notariaux divers » qui sont du ressort exclusif du consulat général, basé à Paris. Mais le consul honoraire doit prêter assistance aux ressortissants brésiliens de sa circonscription. Et renseigner toutes personnes exprimant un intérêt pour le Brésil. Il reçoit beaucoup d’appels, d’autant que le consulat général se refuse à donner des renseignements par téléphone. Et le « B » de Bordeaux le place en tête de liste. La sollicitation est constante. Nationalité, adoption, vaccins, endroits recommandés ou peu recommandables… Le consul renvoie sur le site internet du consulat ou répond aux questions plus pointues.

Noir et blanc, son bureau est un QG opérationnel de quatre mètres sur quatre. Chaque chose à sa place et une place pour chaque chose. Le consul officie entre une lithographie monumentale de Hansen Bahia, artiste brésilien d’origine allemande, inspirée de « L’Enlèvement des Sabines » de Dürer, et un mur de disques et de livres. Avec ses cheveux blancs, sa mèche sur le front, ses lunettes, cet arrière-grand-père de 71 ans a des faux airs de Boutros Boutros-Ghali, ancien secrétaire général de l’ONU et de Youssef Chahine, réalisateur… Tous deux égyptiens. Un diplomate et un artiste.

Diplomate et artiste

Vu le nombre de langues parlées, Jean-Pierre Frankenhuis a tout du diplomate de carrière… qu’il n’est pas, rappelons-le. En plus du français et du portugais, Jean-Pierre Frankenhuis parle l’anglais et l’espagnol. Et comprend l’allemand et l’italien. Les acquis d’une longue carrière internationale. Après des études de mathématiques à Cambridge au fameux Massachusetts Institute of Technology (MIT – promotion 62) et d’administration des entreprises à Boston, Jean-Pierre Frankenhuis a occupé différents postes aux Etats-Unis, au Brésil, au Venezuela et en France.

Artiste, le consul l’est aussi ! Il écrit des contes, des nouvelles, des articles, et des séries « dramatiques produites sur les chaînes de télévision brésiliennes et américaines ».

Chemise bleue aux manches retroussées, jeans foncé, chaussures de sécurité noires, un pied sur le bureau, Jean-Pierre Frankenhuis évoque son parcours, ses responsabilités passées et présentes avec une décontraction certaine.

Agent de liaison de la Seleçao

Une dernière responsabilité que nous n’aurions pas évoquée ? Depuis 1997, Jean-Pierre Frankenhuis est coordinateur pour l’Europe de la fédération brésilienne de foot. Qui dit Brésil... dit football ! Il est chargé de dorloter les joueurs de l’équipe nationale dès qu’ils foulent le sol du territoire européen. Il s’occupe de la logistique pour plus de quarante personnes : liens avec la fédération d’accueil, contrats, hôtels, sécurité, transferts… Prochaine mission pour l’agent de liaison de la Seleçao, le 10 février, pour le match amical Brésil-Italie à Londres.

C’est à se demander comment il trouve du temps à passer avec sa femme, Barbara, américaine. Le couple va fêter ses quarante ans de mariage cette année. Leurs noces d’émeraude. Une émeraude du Brésil, évidemment…

Benoît MARTIN

Commentez cet article !

> Page consultée 4898 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés