Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Ces utopies qui ne nous sortiront pas de la crise
Article publié le 10/03/2009
La mystérieuse littérature sur tablettes des Mayas. Le crypto-mouvement activiste Zeitgeist. Deux utopies grimées en modes de vies alternatifs, tissées savamment sur la toile et qui aimeraient bien qu’on les prenne au sérieux. Leurs concepts dérivent de civilisations disparues ou de livres poussiéreux, mais ces prophéties à forte teneur en Nostradamus paraissent bien dans l’air du temps.

Au menu de la toile militanto-débilitante : d’étranges philosophies de vie, des actes de rédemption avant l’apocalypse qui, s’ils sont fortement déconnectés de la réalité, nous feraient au final réfléchir sur les incohérences de notre propre mode de vie. Pour un peu, on se croirait revenus dans Les lettres Persanes de Montesquieu : deux Turcs qui débarquent à Paris pour étudier les mœurs occidentales. Où quand le polygame se gausse du monogame, le sourire jusqu’aux oreilles. Et maintenant, préparez vous à la génuflexion, nous allons écouter les galimatias des prophètes perdus de la Toile...

Carlos Barrios, la voix rédemptrice des Mayas

À découvrir ICI

Au rayon des prophéties orageuses infestant Internet, Carlos Barrios est un porte-parole un peu mystique des antiques "Gardiens du Temps mayas". Entre deux diatribes sur les ravages de l’économie libérale, il s’emporte contre l’instrumentalisation du calendrier Maya. "2012 n’indique pas la fin du monde. De nombreuses personnes utilisent cette date pour faire du catastrophisme. C’est la preuve qu’elles sont mal informées. Ceux qui ont la véritable connaissance sont les Indiens dépositaires de l’ancienne tradition. L’humanité va continuer, annonce-t-il, mais d’une autre manière. Les structures matérielles changeront. A partir de là, nous aurons l’opportunité d’être plus humains."

Pour les Gardiens du Temps maya, le 21 décembre 2012 se rapporte au "début du Monde du Cinquième soleil", un nouveau cycle précédé par la destruction et la création, "résultant du réalignement de l’axe polaire avec le centre de notre galaxie". Le fils des étoiles d’Hubert Reeves et de Madame Soleil va tout nous expliquer : "Au lever du soleil du 21 décembre 2012, et pour la première fois depuis 26.000 ans, le soleil se lèvera pour se joindre à l’intersection de la Voie lactée et du plan écliptique." Cette "croix cosmique" ainsi revélée, ce n’est ni plus ni moins "L’arbre sacré de la vie". Oui, oui, celui-là même dont Darren Aronofsky nous rebat les oreilles dans son film mystique The Fountain.

Mais à quoi bon ? "L’alignement avec le cœur de la galaxie, en 2012, ouvrira un canal pour l’énergie cosmique afin qu’elle puisse couler à travers la terre, la nettoyant ainsi que tout ce qui demeure en elle et élevant tout vers un plus haut niveau de vibration". II parle du capitalisme ou des ordures nucléaires ? On vous laisse découvrir par vous-même, sans oublier de faire un détour par le "Cercle de récolte de la fin des temps" et les "Crânes de cristal", popularisés par le dernier Indiana Jones.

La source est disponible ICI

Le site, en tout les cas, n’a pas peur du mélange des genres (et des fautes d’orthographe) : ovnis, secrets, complots, sectes, civilisations, mystères et aliens y sont disséqués dans le fouillis et l’exubérance la plus totale. Mais comme le précise la page d’accueil, "la vérité n’est ni ici, ni ailleurs." Dont acte.

Le mouvement Zeitgeist : l’esprit du temps a bon dos

À découvrir ICI

Le Zeitgeist, terme allemand signifiant "l’esprit du temps", dénote le climat intellectuel ou culturel d’une époque. Il reflète une conception du monde dominante à une période particulière de l’évolution socio-culturelle. Derrière cette définition qui claque comme un slogan, un "mouvement Zeitgeist" qui compte plusieurs milliers de sympathisants internautes à travers la planète. Une journée d’action, qu’on appelle, le "ZDAY" est prévue le 15 mars 2009, afin de "répandre la conscience de cette orientation sociale. Notre espoir est de voir s’organiser le plus de réunions possibles dans de nombreuses villes, états et pays", expliquent les créateurs du site. Au premier abord, ces prosélytes au discours cryptique font penser aux activistes sans cervelle du film Fight Club. Un rapide coup d’œil à la source originelle, et aux sites qui évoquent ce mouvement très "new-age" nous livre de manière récurrente des informations contradictoires. Alors, qui croire (ou qui ne pas croire) ?

Pour les Zeitgeist, "le moyen est la fin". Jugez plutôt : ces étranges penseurs sont "résolus à restaurer les nécessités fondamentales et la conscience environnementale des espèces à travers la préconisation des compréhensions les plus courantes sur ce que nous sommes vraiment, et que la science, la nature et la technologie (plutôt que la religion, la politique et l’argent) détiennent les clés de notre développement personnel, non seulement en tant qu’êtres humains, mais aussi en tant que civilisation, à la fois structurellement et spirituellement." Difficile de faire plus clair.

Quelles sont, au juste, les idées centrales de cet énigmatique mouvement dont les actions concrètes sont aussi claires que la nuit noire ? Dont les divagations font passer les chansons de Brigitte Fontaine pour de la littérature réaliste ? "La vie sur Terre peut et prospérera en un système qui se développera positivement, où les suites sociales négatives, telles que la stratification (division) sociale, la guerre, les préjugés, l’élitisme et l’activité criminelle seront en constante diminution et, dans l’idéal, pourraient disparaitre dans le spectre du comportement humain lui-même." Si le contenu n’est pas clair, on ne peut leur reprocher ni l’ambition, ni l’exhaustivité.

Si vous n’avez toujours rien compris, c’est normal : il vous reste à télécharger Le guide de l’activiste (maîtrise de l’anglais requise), et à regarder les curieux films de propagande qui pullulent sur Internet. Si une thématique s’en dégage, c’est celle d’un collectivisme sans bornes. Et c’est bien parce que ses limites ne sont pas définies qu’il est inquiétant...

Mais le plus extraordinaire dans le mouvement Zeitgest, et ce qui explique son succès, c’est que l’immense flou et les traductions approximatives permettent de lui faire dire n’importe quoi. Qui a dit comme le Coran ou la Bible ? Ouais, mais ils sont quand même vachement mieux écrits !

Les sources sont disponibles ICI

Le film est visible ici (prévoir l’aspirine) :

Notable également, une critique acerbe du film "Zeitgeist"

Et enfin, le mini-film "Zeitgeist addendum", où le "Projet Venus" de collectivisation totale des biens est évoqué :

Commentez cet article !
(1 commentaire)

    3 août 2009 17:06, par nigla
    Un projet intéressant, mais pour s’y projeter réellement il faut effectivement prévoir de l’aspirine...Ceci dit je pense que ça vaut le détour, nous ne sommes pas habitués à nous ouvrir de cette manière. Le pouvoir soigne les symptômes et pas les causes. Zeitgeist tâche de le montrer et introduit le venus project pour traiter la cause, à vous de réfléchir si vous le pouvez encore.

> Page consultée 1176 fois
> 1 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés