Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Xavier Darcos : la lutte contre l’ennui
Article publié le 11/03/2009
De passage à Bordeaux, lundi 9 mars, Xavier Darcos n’a pas rencontré les enseignants grévistes, n’a pas rassuré les parents d’élèves inquiets et n’a pas discuté avec les étudiants en colère. Sans doute avait-il mieux à faire.
JPG - 210.5 ko

Ponctualité.

A 14 heures ce lundi, Xavier Darcos a rendez-vous à Cap Sciences pour assister à la signature de la convention régionale pour la promotion de l’égalité entre les filles et les garçons dans le système éducatif. Arrivé avec trente minutes de retard, le ministre de l’Education nationale offre un bel exemple d’esprit de synthèse et de concision en prononçant un discours de moins de quatre minutes devant un parterre de lycéens presque aussi enthousiastes que lui. Il amorce ensuite une tentative de fuite mais est finalement rattrapé par le directeur de Cap Sciences. Xavier Darcos doit alors subir la visite guidée d’une exposition consacrée à l’Arctique et l’Antarctique.

Hâte.

Après une dizaine de minutes passée à regarder sa montre, le ministre exprime enfin son intérêt pour l’exposition en murmurant aux oreilles de l’inspecteur d’académie : « Faut qu’on parte là » ! . Une fois dehors, Xavier Darcos prend soin d’ignorer la trentaine de professeurs des écoles et parents d’élèves de Bacalan et Floirac venus manifester contre la suppression de postes dans leurs établissements.

Bavardage.

A 16 heures, le ministre se rend à la Cité mondiale du vin pour participer à une conférence-débat sur l’orientation professionnelle des jeunes, à l’initiative de l’Association pour le développement et l’orientation en région Aquitaine (Adora). Plus captivé par ce sujet que par les manchots en résine de Cap Sciences, il gratifie l’assistance d’un discours d’environ vingt-cinq minutes sur les multiples filières professionnelles proposées par l’Education nationale.

Somnolence.

Le débat organisé ensuite apparaît comme l’épreuve de trop. Xavier Darcos s’engage alors dans une lutte contre le sommeil. Visiblement peu intéressé par la discussion, il en profite également pour jeter quelques coups d’oeil au plafond ou à ses mocassins vernis. La lassitude prenant le pas sur la politesse, il quitte la salle, provoquant la fin subite du débat. Décidément, ce jour-là, le ministre de l’Education nationale n’a vraiment pas eu de temps à consacrer aux enseignants grévistes, aux parents d’élèves inquiets et aux étudiants en colère.

Laureline Dupont et Michel Veron

Commentez cet article !

> Page consultée 603 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés