Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Rama Yade moralise les procédures d’adoption
Article publié le 24/03/2009
Echaudée par le scandale de l’Arche de Zoé, Rama Yade en appelle à l’éthique pour moraliser l’adoption internationale.

Rencontre fructueuse.

Rama Yade, la secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme, a rencontré Alain Juppé, lundi, lors de sa visite à Bordeaux. Objectif de cette entrevue : signer une convention de partenariat dans le cadre du « Réseau français des volontaires de l’adoption internationale ». Alain Juppé confirme au passage qu’il compte bien participer à " cette belle aventure".

Bordeaux s’engage.

50 000 euros répartis sur deux ans. C’est ce que promet la mairie de Bordeaux pour soutenir l’action de Sandra Dupuis, la jeune volontaire qui va se rendre au Burkina Faso selon les termes du contrat signé lundi. « Quand j’ai vu que Rama Yade prenait cette initiative, j’ai tout de suite voulu que la ville de Bordeaux l’accompagne », explique le maire.

Objectif protection.

Alors ce lundi, Rama Yade semble bien décidée à sauver les enfants du monde via les volontaires dont Sandra fait partie. La mission de la jeune femme ? Aider les familles à adopter des enfants burkinabés. Ses objectifs ? Faire appliquer la convention de La Haye et proposer une vie meilleure aux orphelins. Vigilante, Rama Yade précise : « Le but n’est pas de satisfaire les besoins des familles françaises, mais de trouver des solutions locales pour les enfants avant d’avoir recours à l’adoption internationale. »

Moraliser l’adoption internationale.

Les petits adoptés viennent à 80% de l’étranger. Consciente de ce phénomène, la secrétaire d’Etat souhaite recadrer l’adoption internationale. Elle énonce deux mots d’ordre : efficacité et éthique. « Quand il s’agit d’adoption, il ne s’agit pas que de chiffres, il ne s’agit pas que de dossiers, il s’agit d’humanité ! » L’ombre de l’Arche de Zoé plane toujours, alors la ministre renchérit : « On ne connaît que trop les dérives qui existent, les abus des intermédiaires frauduleux profitant du désarroi des familles. Face à cela, l’Etat doit apporter une réponse et donner l’exemple en encourageant des projets fondés sur l’éthique. »

L’enfant-roi.

Après les institutions et les ONG, Rama Yade met en garde les familles. « Ce qui est important, c’est qu’on privilégie le droit de l’enfant avant le droit à l’enfant. Adopter, on ne le fait pas pour se faire plaisir. On le fait parce qu’un enfant est seul, abandonné et qu’il a besoin d’une structure familiale dans laquelle s’épanouir », martèle-t-elle.

Morale.

Désormais, on est prévenu : adoption rimera avec morale… Et Alain Juppé, touché par cette philosophie, de déclarer, des trémolos dans la voix : « Sandra viendra nous voir bientôt à Bordeaux en nous disant : voilà les petits Burkinabés qui ont trouvé une famille française prête à les accueillir pour qu’ils puissent s’épanouir et connaître le bonheur d’une vie familiale… »

Applaudissements nourris, remerciements, sourires… Enfin un peu de bonté dans ce monde de brutes.

Marie Morin

Ecoutez le discours de Rama Yade, prononcé lundi 23 mars à l’Hôtel de Ville de Bordeaux

`

Commentez cet article !

> Page consultée 724 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés