Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Ô passager ! Compense ton vol
Article publié le 24/03/2009
Ca urge ! Le transport aérien, actuellement responsable de 2% des émissions de gaz à effet des serre, est en pleine expansion. Ses émissions de CO2 devraient doubler en 20 ans. Comment le passager peut-il effacer les empreintes carbone de son vol ?

Compenser ? Nouveau terme à la mode pour les écolo-économistes. Il s’agit de rembourser la marque en CO2 dont chaque individu est responsable au quotidien, ce qu’on appelle communément la "compensation carbone". C’est le principe du pollueur-payeur, qui fonctionne actuellement en France sur la base du volontariat. Payer sans y être forcé, peu de gens se laissent tenter. D’autant que le principe est mal connu, voire inconnu. Morgan, étudiant, en partance pour Lyon : "ça me dit quelque choses mais sans plus".

Et ce ne sont certainement pas les professionnels du secteur qui vont changer la donne. Bon nombre n’y connaissent strictement rien. Le responsable de l’agence Oihana n’a jamais entendu parler de la compensation carbone, alors qu’il se targue d’être sensible aux problèmes écologiques. "Aucun client n’en parle. Je ne l’ai jamais proposé." Il confond même avec la taxe Chirac qui consiste à récolter des fonds pour venir en aide aux pays en développement. Définitivement, la route risque d’être longue !

"Voyageur du monde" fait office d’exception. Le volontariat fonctionnant difficilement, elle a choisi d’intégrer automatiquement la compensation dans le prix final des billets. Easyjet aussi joue le jeu. Lorsqu’un voyageur commande en ligne, le calcul du montant équivalent à la pollution liée à son vol se fait simultanément. Il n’a qu’à cocher une case pour l’ajouter à son paiement.

Bientôt la taxation ?

Conséquence de ce procédé : les dons ne sont pas mirobolants. Action carbone perçoit, entre autres, les legs octroyés par les voyageurs d’Air France. « Ils s’effectuent sur moins de 1% du total des billets vendus », explique Jérémy Debreu, responsable partenariat de l’association. En 2008, le groupe a perçu 200 000 euros de dons de la part des particuliers. Soit 10% du montant total. Le reste est versé par des entreprises qui développent une politique écologique. Et dans ce pourcentage, « la part que représente les donations des voyageurs aériens est minime ».

Une réflexion est en cours sur la nécessité d’instaurer une nouvelle taxe sur les billets d’avion. C’est déjà le cas dans plusieurs pays européens comme la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas. Une solution qui n’est pas pour plaire aux compagnies aériennes. Elles craignent une perte de leur clientèle et de leur chiffre d’affaires. Au sommet européen de l’aviation, qui s’est tenu du 17 au 19 novembre dernier à Bordeaux, l’aviation civile et les 27 Etats membres de l’Union européenne ont signé les accords « Clean sky ». Ceux-ci privilégient des solutions comme le développement du kérosène vert ou de nouvelles technologies plus économes en énergie et une optimisation des routes aériennes.

L’Union européenne prévoit de durcir la législation à partir de 2012, en accord avec le protocole de Kyoto. Brigitte, une habituée des aéroports puisqu’elle y transite l’équivalent d’une semaine par mois, rejette cette idée : "Ca ne changerait rien. Les voyageurs s’acquitteraient de cette nouvelle taxe mais ne changeraient rien à leurs pratiques. Ce qu’il faut, c’est limiter les dépenses d’énergie et donc voyager moins."

Laurenne JANNOT et Benoît MARTIN

A lire également sur ce sujet, l’article intitulé "Navigation à vue"
Commentez cet article !

> Page consultée 433 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés