Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Navigation à vue
Article publié le 24/03/2009
Tortueux et brumeux. Voilà le plan de vol du passager qui souhaite compenser son empreinte carbone.

D’un seul clic. Comme pour tout achat en ligne, atténuer son empreinte carbone, c’est facile, voire ludique. Les belles photos écologiques aux couleurs éclatantes concurrencent les slogans éco-citoyens et les pictogrammes facilitateurs de navigation. Compenser avant ou après son voyage. Régler par carte bancaire, en une seule fois ou par prélèvement mensuel. Offrir des chèques cadeaux. Tout est possible.

Obscur. Sur le fond, cela reste compliqué. La quarantaine d’organismes compensateurs recensés en France et à l’étranger sont soit des entreprises, soit des associations. A but lucratif ou non lucratif. Selon les organismes, le volume annuel d’unité carbone traité va de 700 tonnes à 800 000. 100% ou… 50 % des montants collectés en ligne auprès des particuliers sont réservés aux projets. Bref, difficile d’y voir clair dans cette jungle de statuts et de modes de calcul.

Où va l’argent ? Les dons sont censés financer la production d’énergie renouvelable, le développement de nouvelles technologies économes en énergie ou des projets de stockage du carbone. Concrètement, des foyers de cuisson à haut rendement en Erythrée, des installations hydrauliques en Chine ou des économies de bois de feu au Cambodge.

Question de confiance. La compensation carbone, ça dit "vaguement quelque chose" à Philippe G., 49 ans, en partance pour Paris. Il est pourtant directeur général adjoint d’une entreprise spécialisée dans les systèmes d’assainissement économes en énergie… Ni lui, ni son entreprise ne compensent quoi ou qui que ce soit. Il prend l’avion tous les dix jours. Et serait prêt à débourser « 10 à 15 euros ». Une taxe carbone directement incluse dans le prix du billet ? « Pourquoi pas… si l’on est sûr de savoir où va l’argent, qui gère et qui fait quoi ». Toujours la question de la lisibilité et de la transparence des actions.

Laurenne JANNOT et Benoît MARTIN

DU SIMPLE AU TRIPLE

1 A/R Paris / Los Angeles en classe économique - 18 200 km 5 organismes de compensation carbone, français et étrangers, 5 montants proposés, variant du simple au triple !

- Actioncarbone (partenaire d’Air France) 1,6 t de CO2 émis = 33 euros de compensation volontaire
- Myclimate (partenaire de Lufthansa) 1,8 t de CO2 émis = 37 euros
- NativeEnergy 4,5 t de CO2 émis = 51 euros
- Climatmundi 4 t de CO2 émis = 76 euros
- CO2 solidaire (partenaire de Voyageurs du Monde) 4 t de CO2 émis = 96 euros

Commentez cet article !

> Page consultée 443 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés