Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
The Vernon Project surfe sur la vague communautaire
Article publié le 24/03/2009
En 2008, les Bordelais de The Vernon Project enregistraient leur premier single grâce au label communautaire NoMajorMusik. Un an après, le groupe de rock affûte ses riffs pour finaliser les compos de son premier album. Et espère de nouveau séduire les internautes.

Une bonne dose de rock et un soupçon d’électro. Bienvenu dans l’univers détonnant des Bordelais de The Vernon Project, premier groupe à avoir été produit par le label communautaire indépendant NoMajorMusic. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore la formule, rendue célèbre par le chanteur Grégoire, petite piqûre de rappel : les internautes produisent directement les artistes auxquels ils croient. Une petite révolution dans le monde de la musique. Et ça marche !

Il y a un an, alors que le groupe bordelais venait tout juste de se créer, Damien Durou, fondateur et chanteur, s’inscrit sur le site NoMajorMusik. Deux mois et une centaine de mises plus tard, l’un des trois titres mis en ligne, « The Cave of night », atteint les 3 000 euros nécessaires à sa production. Enregistrement du single, concerts à Paris… « Ça nous a permis d’avoir une petite notoriété », explique Damien, en toute modestie. Et aussi de faire « plein de belles rencontres ». Lors de l’enregistrement de « The cave of night » leur ingé son n’était autre que Denis Barthe, le batteur de Noir Désir. Bref, de lancer leur carrière.

Aujourd’hui, les Vernon Project poursuivent leur petit bout de chemin et mettent la dernière touche à leur projet d’album. « On peaufine nos morceaux et une fois qu’on sera prêt, on lance l’ouverture du compte sur NoMajorMusik ». Enhardis par leur première expérience sur le site communautaire, les cinq compères espèrent renouer avec le succès. Mais gardent les pieds sur terre. « Il faut que le public suive et mise sur ce projet-là, donc on verra », commente le leader du groupe avec lucidité. Car produire un album sur le mode communautaire est un autre défi. Objectif : récolter 60 000 euros.

The Vernon Project compte aussi remonter sur scène. « Mais pas avant la rentrée », précise le jeune homme de 29 ans. Que ce soit pour l’album ou la tournée, les zikos bordelais n’ont qu’une envie : « Etre prêts ». Pour ne pas décevoir les nombreux producteurs anonymes qui ont misé sur eux.

Noémie Guillotin

Damien Durou : "Le but, ce n’est pas passer à la télé le soir"

Tout le monde a en tête l’air lancinant de « Toi + Moi ». Le succès de cette chanson de Grégoire, produit par MyMajorCompany, a fait exploser le phénomène des labels communautaires, encore embryonnaire il y a un an. Chanteurs amateurs, recalés de la téléréalité ou encore artistes renommés, ils sont de plus en plus à tenter leur chance en ligne. Damien Durou, fondateur du groupe bordelais The Vernon Project revient sur la formule qui fait trembler les majors.

Mais l’engouement pour les labels communautaires, de MyMajorCompany à NoMajorMusik en passant par Spidart, peut avoir ses effets pervers.

L’occasion, aussi, de donner un nouveau souffle à la production musicale.

Commentez cet article !

> Page consultée 348 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés