Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Rousset en chantier
Article publié le 28/01/2010
Le président de la région Aquitaine n’a pas attendu les traditionnels tracts, réunions publiques, conférences de presse pour engager sa campagne. Il y a quelques mois déjà, il investissait un autre terrain : Internet, jouant de Facebook, Twitter et autre site de campagne interactif pour faire passer son message. Décryptage…

Les classiques du genre…

Dès le 6 novembre, Alain Rousset annonçait via Facebook le lancement de son site pour les régionales www.rousset2010.fr. Le site comporte les rubriques les plus classiques de la première génération d’Internet. D’abord la présentation du candidat et de son bilan, où le candidat raconte son parcours et vante les réalisations du mandat passé. L’agenda de campagne, qui permet de communiquer les dates-clé de la campagne (meeting, inauguration de permanence, etc.) et une rubrique échos du net, qui propose une sélection d’articles extraits de la presse quotidienne régionale principalement.

Jusqu’ici, rien d’innovant, ni de véritablement étonnant. La surprise vient lorsque l’internaute, curieux, veut ouvrir la rubrique projet du candidat. Et là, désillusion ! Le cybernaute qui brûlait d’impatience de découvrir le programme de son poulain découvre une page quasi vide. Seul un panneau « work in progress » apparaît, avec la légende : « Nous sommes actuellement en train de travailler sur le projet ». Au-dessous, on est invité à participer à la réflexion en apportant sa contribution.

… et le participatif comme nouveau credo

Et c’est bien là la clé du site Internet de campagne pour les régionales : le participatif ! Le bandeau bleu à droite de la page en témoigne, le candidat PS occupe tous les terrains des « NTIC ». Sur twitter, facebook, dailymotion, youtube, flickr, on peut voir Alain Rousset suivre Alain Rousset, parler avec Alain Rousset, devenir fan d’Alain Rousset...

« Le site web n’est plus considéré comme la cinquième roue du carrosse, comme un outil qui ne ferait que relayer des choses qui se sont déjà publiées dans les journaux ou à la tv. L’idée, maintenant, est que les gens viennent nourrir un projet en partie écrit », explique Alexandre Metzinger. Le jeune colistier, responsable de la campagne Internet, en profite pour tacler le concurrent UMP, Xavier Darcos, qui lui aurait fait « le choix d’un site vitrine ».

L’espoir d’attirer le chaland par la facilité d’Internet

Alexandre Metzinger le dit clairement, l’atout d’Internet, c’est sa facilité d’utilisation. « On participe plus facilement à un forum de débat sur Internet qu’à une réunion publique. La curiosité peut entraîner les gens à venir voir le site, alors qu’elle ne les ferait peut-être pas se déplacer à un meeting. »

Internet serait donc cet outil rêvé qui permet à tous de s’exprimer ? Reste à savoir si cette volonté de démocratisation n’est pas un leurre. Il y a fort à parier que les personnes qui s’expriment sur les tribunes web soient les mêmes personnes qui occupent déjà le débat dans la sphère « réelle ». Mais même s’il est difficile de définir qui se cache derrière les contributeurs de la toile, dans l’équipe Rousset on veut croire qu’Internet peut mobiliser l’électeur.

Julie Beckrich

Commentez cet article !

> Page consultée 393 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés