Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Laisser parler les p’tits papiers
Article publié le 29/01/2010

« Vos papiers, s’il vous plaît ! » N’en déplaise aux fanatiques du contrôle arbitraire, la carte d’identité n’a rien d’obligatoire en France. Sa création en 1921 n’a servi qu’à uniformiser le joyeux bordel qui régnait jusqu’alors en matière de papiers d’identité. Permis de chasse ou autre certificat de bonne vie et moeurs, tout document pouvait être validé, grâce à l’attestation de deux témoins auprès de l’administration compétente. Aujourd’hui, la carte d’identité demeure facultative en France, contrairement à la plupart des pays qui l’utilise. Une seule différence minime, quand on constate le caractère protéiforme que revêt la fameuse carte selon les nations. Tour du monde en 80 cartes (ou presque).

-* Les facultatives

Comme en France, ni la Suède ni l’Italie n’impose la carte d’identité, même si pour des questions d’ordre pratique elle reste fortement conseillée. Ce qui n’est déjà pas si mal, puisqu’elle n’existe même pas dans la plupart des pays anglo-saxons (Royaume-Uni, Amérique du Nord, Australie...) où le permis de conduire fait largement l’affaire. Pour les Danois, pas de carte mais un numéro d’identification inscrit au registre national de la population. Une méthode qui tend à se développer dans beaucoup de pays. « Je ne suis pas un numéro, je suis un être humain ! » déclamait le Prisonnier il y a quelques années...

-* Les multifonctions

En République Dominicaine, pas de petits profits : la carte d’identité sert aussi de carte d’électeur. Le citoyen argentin peut lui aussi voter avec sa carte, qui ressemble plutôt à un livret puisqu’elle contient également des informations concernant le don d’organes ou le service militaire entre autres. Sur l’île de Taiwan, la précieuse carte devient carte de fidélité, avec des réductions à la clé. Finie la recherche fébrile de la carte Waooh !! une fois arrivé à la caisse du Auchan du quartier.

-* Les technologiques

Déjà adoptée par l’Espagne, la Belgique et l’Estonie, la carte d’identité électronique (e-ID pour les intimes) pourrait arriver prochainement en France. Cette carte à puce intègre toutes les données de la carte traditionnelle et permet en plus de certifier son identité lors d’une transaction en ligne. Problème : malgré sa réputation d’infaillible, le risque de piratage lors d’une identification web n’est pas totalement à écarter.

-* Et enfin : la championne toutes catégories

Défenseurs du droit à la vie privée, passez votre chemin. Le titre de championne des cartes, celle qui fait passer Big Brother pour un enfant de choeur, est détenue par la carte chinoise. Le gouvernement n’a plus qu’à se servir pour connaître tout de ses citoyens : appartenance ethnique, parcours scolaire et professionnel, éducation, religion, casier judiciaire, statut d’assuré social... La surprise du chef : sur la carte se trouve également l’empreinte génétique du quidam, prélevé sur un échantillon d’ADN obtenu sur un cheveu ou une cellule. En Chine, c’est sûr, on ne lésine pas avec les moyens. Mais pas de panique, tout est sous contrôle.

Eve Majounie

Commentez cet article !

> Page consultée 989 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés