Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Pourquoi les Girondins ont perdu la gagne
Article publié le 18/01/2011
Hier champions de France et quart-de-finalistes européens, les Girondins de Bordeaux ne sont plus aujourd’hui que l’ombre d’eux-mêmes. Leur défaite face à l’Olympique de Marseille ce dimanche (2-1) a mis le doigt sur une attaque molle, une absence de buteurs et une morosité contre-productive. Difficile de garder l’espoir d’une qualification en Ligue des Champions.
JPG - 25.5 ko
Photo Liminal Mike
- http://www.flickr.com/photos/revcyborg/

Deux. C’est le nombre de buts encaissés par les Girondins sur la pelouse du Vélodrome dimanche soir. Face aux champions de France en titre, on pourrait croire que perdre deux buts à un est honorable. Mais là où le bât blesse, c’est que les Bordelais n’ont pas bien joué, et n’ont réussi à marquer leur unique but que sur un pénalty. Leur sursaut en deuxième mi-temps n’aura pas suffi à changer la donne. L’entraîneur Jean Tigana a proposé une équipe dépourvue d’attaque, laissant un temps Maazou et Modeste sur le banc, pour confesser à la fin du match : « on a des problèmes dans la surface de réparation. Il nous manque de la présence dans les seize mètres ». C’est vrai qu’un buteur offensif ferait du bien aux Girondins, les départs de Bellion, Chamakh et Cavenaghi n’ayant pas été compensés par les recrues estivales.

Un club qui ne fait plus rêver

Le problème, c’est qu’avec ses contre-performances de la saison, le club n’a plus la cote, affichant des stars pas très sexy. Avec 25 buts en 20 matchs, Bordeaux traîne des crampons, et au terme de cette 20ème journée du championnat de Ligue 1, le club n’occupe plus que la dixième place du classement. Les dirigeants bordelais ont bien tenté d’appâter l’attaquant lorientais Kevin Gameiro, mais ce dernier préfèrerait porter les couleurs de Valence. La situation est critique, le club doit recruter avant la fin du mercato d’hiver, le 31 janvier. Dans les couloirs, on murmure que Djibril Cissé pourrait quitter le Panathinaïkos pour venir à la rescousse des Girondins. Mais les 10 millions d’euros proposés pour son transfert seraient jugés insuffisants par le club grec.

Même Alou Diarra, l’une des rares pièces maîtresses du jeu bordelais, semble prêt à quitter le navire, se voyant déjà officier au PSG. Ce dimanche, dans un entretien accordé au Canal Football Club sur Canal +, le capitaine de l’équipe ne cachait plus ses envies d’ailleurs. « Je n’ai pas été contacté. Mais Paris, c’est ma ville, ma région, un très bon club. C’est une possibilité. Ça me touche de voir le PSG en tête du championnat ». Et d’ajouter : « Je ne pourrais pas faire deux saisons sans Coupe d’Europe ». Le club au scapulaire non plus. Déjà hors-course en 2010, l’absence de qualification pour la Ligue des Champions serait du pire effet pour le club, dont l’image, le statut et les finances auraient du mal à se remettre.

Anissa BOUMEDIENE

Commentez cet article !

> Page consultée 439 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés