Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Hélène, les garçons et la cafet’ : deuxième service
Article publié le 27/01/2011
Le 12 février prochain sur TMC, les héros de « Hélène et les garçons » font leur retour à l’antenne dans une nouvelle série, « Les mystères de l’amour ». Analyse d’un retour orchestré étape par étape.

En 2008, au lancement de la TNT en Ile-de-France, le groupe de Jean-Luc Azoulay (le fondateur de AB Productions) obtient un canal pour lancer sa chaîne. Programme visible uniquement dans la région et sur Internet, IDF1 est un OVNI du PAF développé autour d’une formule étonnante : les vedettes de l’époque AB deviennent animateurs ! Les anciennes vedettes des sitcoms, pour la plupart revenus à l’anonymat depuis l’arrêt des séries, retrouvent les lumières des plateaux. Parmi eux, les comédiens de Hélène et les garçons : on retrouve Jeanne, préposée aux dessins animés, Laly et Cricri d’amour sont chargés du Télématin maison, Nicolas présente l’émission du midi avec Bénédicte... Pourtant, malgré les démarches de Jean-Luc Azoulay, une figure manque à l’appel : Hélène refuse de se joindre au projet, préférant sa nouvelle vie à la campagne.

Cricri d’amour et tous les autres…

Printemps 2010. Dorothée, autre emblème des années AB, remonte sur scène à l’Olympia. Azoulay profite de ce soudain intérêt de la presse pour annoncer le retour de Hélène et les garçons, version 2011. Ça s’appellera Les Mystères de l’amour et la diffusion est logiquement prévue sur IDF1. Les tournages ont lieu dès le mois de mai, loin des Antilles de la dernière série, Les Vacances de l’amour. L’action se passe désormais à Paris et, là encore, sans Hélène qui refuse de revenir à la série. Frédéric, 27 ans, a été figurant pour les premiers épisodes, il évoque les conditions de tournage. « On tournait parfois de 7 heures du matin jusqu’à 9 heures du soir, sans être payé évidemment. Les scènes sont tournées dans des lieux proches des locaux de la maison de production, un couscous à 20 mètres, une boîte échangiste sur les Champs-Elysées... » Dans la foulée, il détaille les grandes lignes des premiers épisodes : Jeanne soignée de ses brûlures, José propriétaire d’un bar devenu la nouvelle cafet’... Quant à Bénédicte, elle est devenue une « cougar ». Cocasse.

C’est bon de revenir

« Hélène, je m’appelle Hélène... » Ce refrain, Sandra, 39 ans, fan de toujours, l’a fredonné à Bercy en décembre dernier. Invitée surprise du concert de Dorothée, Hélène a interprété ses succès. Premiers pas dans la lumière avant le lancement de la série. Car, oui, finalement, Hélène a accepté de rejoindre la distribution des Mystères de l’amour. Renonçant à sa campagne et sa tranquillité loin des caméras, elle a cédé aux relances de son producteur. Une Hélène qui rattrape les tournages en cours de route, absente de ces images qui ont fait le « buzz » à l’automne : la bande-annonce à l’américaine, calquée sur celles des Desperate Housewives dont on a copié style et logo. A l’heure où ces lignes sont imprimées, on tourne quelque part dans Paris le dernier épisode de la saison 1. Composée de 26 épisodes de 46 minutes chacun, elle sera diffusée sur TMC, une chaîne du groupe TF1. Près de vingt ans après la diffusion du premier épisode d’Hélène et les garçons en mai 1992, la première chaîne retrouve, via sa filiale, les héros qui ont fait son succès d’antan. Et à venir, peut-être. Réponse le 12 février.

Mickaël Frison

Quand y’en a plus, y’en a encore !

20 épisodes de la saga Hélène programmés au quotidien sur l’ensemble des chaînes françaises. L’avantage : des séries pas chères à rediffuser qui répondent aux quotas de productions françaises imposés par le CSA.

24 heures de sitcoms AB, toutes chaînes confondues, sont diffusées chaque jour. Hélène, Premiers Baisers, Les Musclés, Le Miel et les abeilles, Pas de pitié pour les croissants...

Sur scène Jean-Luc Azoulay a annoncé une tournée Club Dorothée pour l’automne. Au programme : Dorothée, Hélène, Les Musclés, Jacky, Christophe Rippert...

Commentez cet article !

> Page consultée 1651 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés