Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Swinging twirling
Article publié le 10/02/2011
Michel n’est pas majorette. Flora, Emilie, Lindsay, Marine et les autres non plus. Leur discipline, c’est le twirling bâton.
Démonstrations...

En juin, Bordeaux accueillera le « Grand national ». Cet équivalent du Championnat de France est la compétition organisée par la Fédération sportive nationale de twirling. Avec seulement 21 000 adhérents répartis sur deux fédérations concurrentes, le twirling n’est pas vraiment le sport en vogue. Pourtant, plus d’une dizaine de clubs se partagent l’affiche sur le seul territoire girondin. Au club Twirling Princess 33 de Bègles, on prépare activement la nouvelle saison.

Rythme...

Dans le gymnase, inutile de chercher la fanfare. Pas question de défiler au son de la grosse caisse et des hélicons. Les twirleuses se succèdent autour du poste-CD pour le faire accoucher d’un rythme classico-remixé. Tympans fragiles, prudence, c’est parti pour quatre heures de basses en boucle.

...and blouses

Dix filles et un garçon s’entraînent ce mercredi. Bas de survêtements rentrés à la hâte dans les chaussettes, t-shirts amples, on est loin des justaucorps d’apparat portés lors des compétitions. Michel, l’entraîneur, exige seulement le chignon et les chaussures adaptées, les cougars.

Actions...

Chacun de son côté manie son bâton à grand coup d’entrechats, de roulés et de vrilles. Le twirling est cette joyeuse confusion entre les mouvements de gymnastique et de danse, tout en maîtrisant la course d’un ou deux bâtons. « Quand tu fais le nunchaku, après c’est fouetté de profil gauche ». La consigne du coach peut paraître abstraite, mais Marine semble avoir compris. Elle s’élance dans une circonvolution illisible pour l’œil novice.

...Répétitions

Chaque geste est répété des dizaines de fois. Le regard ne quitte pas la trajectoire du bâton. Les doigts, coudes, nuques, accueillent tour à tour l’accessoire à une vitesse folle. Selon la catégorie dans laquelle ils concourent, les twirleurs préparent un programme d’une minute trente à deux minutes trente. L’entraîneur initie alors chacun à des combinaisons différentes. A la vue du nombre de bâtons au sol, une constatation : difficile de vraiment impressionner avant quatre années de pratique.

Agathe Goisset

Commentez cet article !

> Page consultée 857 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés