Billets Politique Monde Société Économie Culture Sciences Sport Médias Bordeaux
Grève chez Free : "travailler plus en gagnant moins"
Article publié le 25/05/2011
Les salariés bordelais de Free se sont réunis le 24 mai place Ravezies pour faire entendre leur mécontentement. Alors que l’entreprise de communication se porte à merveille, ses travailleurs ont mauvaise mine.

Des bénéfices qui s’élèvent à 313 millions d’euros, le cours de ses actions en hausse et 127 000 nouveaux abonnés au premier trimestre 2011, Free, filiale d’Illiad, est en très bonne santé. Mais en ce mardi 24 mai, sous le soleil bordelais de la place Ravezies, ses employés ne sont pas venus fêter la bonne nouvelle.

Car le 5 mai ont eu lieu les Négociations annuelles obligatoires, où l’employeur prend connaissance des revendications salariales. "Elles ont échoué", affirme Eric Darmussié drapeau en main, délégué syndical à la CFDT. "La direction nous a proposé une augmentation de 1 % sur les salaires, ce qui représente à peu près 15 euros. Aux vues des résultats exceptionnels de l’entreprise c’est complètement ridicule".

Refus d’augmenter les salaires à plus de 1,5 %, primes revues à la baisse, le stress et la pression s’ajoutent à la longue liste du ras le bol salarial. Steve Bordes est délégué syndical à la CGT. Il déplore un manque de considération et une politique de management qu’il résume en trois mots : "les stats, les stats et encore les stats" :

"La direction nous demande de travailler plus en gagnant moins. Vendre plus, toujours plus vite, mais sans retour sur les salaires. Ca n’est pas logique", lance une téléconseillère qui tient à conserver l’anonymat. Une autre employée confirme connaître plusieurs collègues en dépression. "Ici on se suicide pas", tempère un syndicaliste en évoquant des employés plutôt jeunes et motivés. Un collègue rétorque aussitôt : "enfin, pas encore".

Nastassia Solovjovas

Commentez cet article !

> Page consultée 2719 fois
> 0 commentaire(s)
 

imprimatur.fr on Facebook
Imprimaquoi ?

Imprimatur est le journal école de l'Institut de journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA). Il est créé par les étudiants de 1ère année et distribué gratuitement dans plusieurs lieux publics de Bordeaux.

Vous pouvez télécharger le dernier numéro au format PDF en vous rendant sur la page d'accueil du site.


Imprimatur, journal-école de l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine.
Fondateur : Robert Escarpit. Directrice de la publication : Maria Santos-Sainz.
IJBA, 1 rue Jacques Ellul, 33 080 Bordeaux Cedex. Tel : 05 57 12 20 20
www.ijba.org - Association des diplômés